Le spectre d’un Brexit dur s’éloigne

Les chasseurs immobiliers ayant à cœur l’intérêt des acquéreurs, se renseignent sur le contexte international impactant les acheteurs étrangers, et pour les acheteurs Anglais le Brexit a eu un impact assez important.
Jusqu’à présent l’incertitude autour de Brexit a plutôt impacté de façon défavorable les clients potentiels Anglais voulant s’installer en France pour 2 raisons :
Les craintes liées au premier point devraient se résorber petit à petit, mais il restera tout de même quelques acheteurs qui préféreront attendre en espérant une remontée de la Livre Sterling contre l’Euro.

Un autre impact depuis 2 ans a été le départ précipité de certains retraités Anglais habitant en France en conséquence de la baisse de leur pouvoir d’achat suite à la chute de la livre d’environ 20% depuis début 2016. Cependant,  sur la même période dans le sens inverse, des Anglais viennent s’établir en France pour profiter des conditions favorables tant que le Royaume Uni fait encore partie de l’Union Européenne.

La prolongation de la date du Brexit décidée ce mois-ci

Par contre, ce mois-ci a vu une évolution importante dans ce feuilleton rocambolesque ! Malgré toutes les spéculations d’un Brexit dur, les parlementaires Britanniques ont préféré négocier la prolongation de 6 mois de la date butoir de sortie de l’UE plutôt que de partir sans accord. Il n’y a jamais eu de majorité pour un Brexit dur, ni au parlement britannique ni dans la population. La raison est que la plupart des Britanniques comprennent la nécessité de maintenir de solides relations commerciales avec leurs voisins Européens, une conséquence évidente de par la situation géographique du Royaume-Uni.

Les options encore possibles sont :
  1. Un Brexit à mi-chemin entre celui négocié par Mme May et une version plus allégée soutenue par les travaillistes qui cherchent à maintenir le Royaume Uni dans l’union douanière, comme la Norvège.
  2. L’annulation du Brexit si un deuxième référendum est tenu qui rejette le Brexit comme l’indique les derniers sondages.
Donc les scénarios catastrophes devraient s’éloigner  définitivement et les investisseurs ou acheteurs Anglais qui veulent se rendre en France devraient être rassurés par ces dernières nouvelles.

De nombreux medias recommandent aux Anglais de s’installer 6 mois avant le  la date limite du 31 décembre 2020 qui sera la date effective du Brexit selon  le scénario de Mme May. Pourtant après cette date, il sera toujours possible d'obtenir une carte de séjour d'un an renouvelable pour devenir résident comme c’est le cas pour par exemple  pour des Canadiens. Et en tant que non-résident, vous aurez toujours le droit d’acheter une maison qui servira de maison de vacances.

Si le Brexit a lieu, on s'attend pour les ressortissants britanniques à ce que les banques financent au maximum entre 50% et 70% d’un achat immobilier contre 80% à l'heure actuelle. Avec les taux d'intérêt historiquement bas en France à l’heure actuelle, c'est une opportunité à ne pas manquer.

De la même manière que pour les Suisses ou les Américains, même après le Brexit, les Britanniques auront toujours la possibilité d’acheter des biens immobiliers et habiter en France, même si le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'UE.

Alistair PHILLIPS
Chercheur immobilier pour Smartfinder Home, présent sur la Côte d'Azur et Paris
www.smartfindervar.fr

Publié le mercredi 10 avril 2019