Occitanie, une région qui a la côte, avec deux locomotives : Toulouse et Montpellier, mais pas seulement

La région Occitanie est née de l’unification des deux anciennes régions : Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées.

Ses deux métropoles, avec leurs agglomérations, mais aussi la plupart des villes moyennes de la région, affichent des prix de l'immobilier avec une tendance actuelle haussière même si, de façon globale, les niveaux de prix n’atteignent pas encore ceux de 2008.

En effet, il convient de modérer cette analyse haussière en ce qui concerne certaines préfectures de la région, où les niveaux de prix sont encore bien inférieurs à ceux avant la crise des Subprimes.

On peut citer comme exemple les préfectures de Perpignan, Nîmes, Carcassonne (- 23 % sur les maisons par rapport à 2008) ou Tarbes, ou bien des agglomérations moyennes telles que Béziers (- 30 % sur les appartements par rapport à 2008) ou Castres.

Sur 10 ans (2008-2018), les deux agglomérations phares que sont Toulouse (+5% sur les appartements par rapport à 2008) et Montpellier (+ 12% sur les appartements), les deux capitales des anciennes régions, bénéficient de façon plus nette de cette tendance de prix.

Cela se constate prioritairement dans les centres ville, mais également en périphérie, dans des villes comme Juvignac ou Castelnau-le-Lez pour l’agglomération de Montpellier, qui ont bénéficié d’un équipement de tramway durant les 15 dernières années, ou de Colomiers (+ 15% sur les appartements), Blagnac ou Tournefeuille pour celle de Toulouse.

On peut citer deux autres villes avec des prix à la hausse sur la période : Montauban et Rodez.
En effet, si les métropoles attirent, elles peuvent devenir inaccessibles pour certaines.

La ville de Montauban, par exemple, accueille plusieurs PME sous-traitantes de l’aérospatiale, ce qui dynamise le tissu économique de cette cité intermédiaire. Les prix, malgré la tendance haussière, restent inférieurs aux métropoles.

La ville de Rodez, bassin d’emploi majeur de l’Aveyron, offre des appartements pour un prix médian de 1430 euros/m2 (baromètre des notaires) contre 2650 euros/m2 à Toulouse par exemple.

Zoom sur Montpellier, « la Surdouée » :

Cette agglomération plaît tant aux acquéreurs qu’aux locataires.

En effet, sa situation géographique entre mer et montagne, Italie et Espagne, Parc naturel de Camargue et lacs, la clémence de son climat, et les services qu’elle offre, tant au niveau culturel que médical, ont su séduire plus d’un investisseur, plus d’un actif et plus d’un retraité, d’autant qu’elle reste encore moins chère que les grandes métropoles de la région PACA.

Riche d’une histoire assez récente,  puisque remontant au Moyen-Age, et valorisée par les différents actions d’aménagement et de valorisation du patrimoine, Montpellier a su aussi innover et vivre en avance sur son temps : architecture contemporaine de niveau international, pépinières d’entreprises technologiques d’avant-garde, recherche dans divers domaines, infrastructures, festivals divers et variés, manifestations sportives sont à même de répondre à toutes les attentes des jeunes (1/5ème de la population est étudiante) et aux moins jeunes (pôle médical reconnu avec une faculté de médecine créée au XIIème siècle).
Ces atouts pèsent donc sur l’implacable loi de l’offre et de la demande.

Le solde migratoire positif, la demande grandissante des investisseurs, la pénurie de foncier qui limite une augmentation de l’offre, le manque de logements accessibles malgré l’obligation faite aux communes de produire des logements à vocation sociale, ferment de nombreuses portes aux jeunes ménages qui choisissent souvent de s’éloigner pour devenir propriétaires, avec notamment une augmentation du temps de transport.

 Il faudra donc observer, dans les années à venir, avec la tendance d’urbanisme à favoriser une réduction des déplacements polluants (télétravail, transports en commun, densification urbaine, mixité activité-logements) et la recherche d’une meilleure qualité environnementale des acquéreurs, quelles nouvelles villes autour de Montpellier vont bénéficier de ces flux migratoires.

Valérie GRISPAN
Chasseur immobilier - Société Interface Patrimoine à Montpellier
www.interfacepatrimoine.com

Publié le jeudi 16 mai 2019